Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Accueil

  • Ceci est la page d'accueil du forum
Toutes vos questions sur les planètes et satellites du système solaire
 #34702    par MIMATA
 jeudi 23 avril 2015 à 21:59
Explications

Pour une explication détaillée, voir le sujet principal d'abord.

Voici l'animation de la planète Neptune.


Ne tenez pas compte de la valeur attribuée à la surface.

J'ai tiré les données de cette image :
Image

Pour déterminer les valeurs chiffrées, j'ai tout simplement mesuré les différentes couches et j'ai calculé un rapport au rayon.
C'est plutôt empirique comme méthode mais en l'absence de valeurs officielles vérifiées, j'ai choisi de me référer à une illustration qui a ses propres sources et références considérées comme fiables.
Les seules données vraiment fiables datent des années 1988 et 1989 quand les condes Voyager ont visité les géantes de glace que sont Uranus et Neptune.
Si vous avez d'autres sources plus fiables à me recommander, n'hésitez pas.

Merci pour vos avis et pour votre contribution. x-teacher
 #34703    par Edji
 jeudi 23 avril 2015 à 23:19
Beau projet Mim'.

Justement, et c'est un sacré hasard, au moment où je lis ton post, j'écoute un doc sur le net (ça m'arrive souvent ; de lire un truc et d'en écouter un autre en même temps). Et ils parlent d'une mer de diamant sur laquelle flotteraient des icebergs de diamants au plus profond du cœur de Neptune et d'Uranus.
J'avais déjà lu cette théorie il y a bien des années dans une revue bien connue, mais là, apparemment, ça devient officiel.
Une mer de diamant liquide ! Avec une banquise et des débâcles, des blocs, des icebergs géants de diamants solides... Ça fait rêver !!!
Bien sûr, tout ça, à des pressions inimaginables et absolument hors de portée de nos technologies. Mais enfin... ça fait rêver quand même. Pas le diamant hein, juste l'idée. 0-icon_mrgreen

http://sciences.blog.lemonde.fr/2010/01 ... r-neptune/
http://www.cieletespace.fr/evenement/46 ... de-diamant
http://www.imaginascience.com/actualite ... comments=1
 #34782    par MIMATA
 mardi 28 avril 2015 à 14:53
Oui, j'ai aussi entendu parler des ces océans de diamants. Il s'agirait d'une forme de carbone dont la structure moléculaire serait identique à celle des diamants que l'on trouve sur Terre. Ce serait possible grâce notamment à la pression. Après, je demande quand même à en savoir plus avant d’introduire ceci dans mes représentations car cette possibilité est seulement basée sur des expériences menées en laboratoire sur Terre et sur un diamant d'un demi-millimètre...je ne sais pas si on peut extrapoler à des planètes géantes...à des échelles sans commune mesures...

Mais c'est tout de même très intéressant.

Voici ce qui est dit précisément :
Laser-shock compression of diamond and evidence of a negative-slope melting curve

Stéphanie Brygoo, Emeric Henry, Paul Loubeyre, Jon Eggert, Michel Koenig, Bérénice Loupias, Alessandra Benuzzi-Mounaix & Marc Rabec Le Gloahec

Abstract
Diamond is the only known high-pressure structure of carbon. In spite of its fundamental and planetary importance, the stability domain of this strong covalent material is largely unknown. After decades of experimental efforts, evidence was obtained that the diamond–liquid melting line has a positive slope above the graphite–diamond–liquid triple point. At higher pressure, theoretical studies have suggested that the melting curve of diamond should have a maximum owing to a loss of stability of the sp3 hybridization in the fluid phase. Accurate Hugoniot data of diamond exist up to 590 GPa.. Higher-pressure measurements along the diamond Hugoniot have recently been achieved by laser shocks showing that diamond probably melts to a conducting fluid. We report here laser-shock Hugoniot data across the melting transition. The shocked diamond crystal begins to melt around 750 GPa. Furthermore, a negative volume discontinuity at melting is observed. This requires a negative melting slope and thus supports the existence of a maximum on the diamond melting curve. These melting data allow us to test various calculations of the phase diagram of carbon at very high pressure. Finally, the stability domain of the diamond crystal is now constrained in a relevant region for Uranus-like planetary interiors.

http://www.nature.com/nmat/journal/v6/n ... t1863.html

Diamond: Molten under pressure

Isaac Silvera

Isaac Silvera is in the Department of Physics, 17 Oxford Street, Harvard University, Cambridge, Massachusetts 02138, USA.

Abstract
Shockwaves driven by intense laser pulses allow the phase diagram of diamond to be extended up to pressures of 40 megabars and temperatures of 50,000 K. The results could help us better understand the material properties of the core of giant planets within and beyond our Solar System.

http://www.nature.com/nphys/journal/v6/ ... s1491.html

Planetary science. Shock compression of stishovite and melting of silica at planetary interior conditions.

Millot M, Dubrovinskaia N, Černok A, Blaha S, Dubrovinsky L, Braun DG, Celliers PM, Collins GW, Eggert JH, Jeanloz R.

Abstract
Deep inside planets, extreme density, pressure, and temperature strongly modify the properties of the constituent materials. In particular, how much heat solids can sustain before melting under pressure is key to determining a planet's internal structure and evolution. We report laser-driven shock experiments on fused silica, α-quartz, and stishovite yielding equation-of-state and electronic conductivity data at unprecedented conditions and showing that the melting temperature of SiO2 rises to 8300 K at a pressure of 500 gigapascals, comparable to the core-mantle boundary conditions for a 5-Earth mass super-Earth. We show that mantle silicates and core metal have comparable melting temperatures above 500 to 700 gigapascals, which could favor long-lived magma oceans for large terrestrial planets with implications for planetary magnetic-field generation in silicate magma layers deep inside such planets.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25613887