Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Les dimensions

  • La théorie des cordes est l'une des voies envisagées pour régler une des questions majeures de la physique théorique : fournir une description de la gravité quantique c'est-à-dire l'unification de la mécanique quantique (inévitable pour décrire la physique aux petites échelles) et de la théorie de la relativité générale (nécessaire pour décrire la gravitation de manière relativiste).
    Vous êtes un spécialistes ? Vous n'y comprenez rien ? En général, c'est l'un ou l'autre...
La théorie des cordes est l'une des voies envisagées pour régler une des questions majeures de la physique théorique : fournir une description de la gravité quantique c'est-à-dire l'unification de la mécanique quantique (inévitable pour décrire la physique aux petites échelles) et de la théorie de la relativité générale (nécessaire pour décrire la gravitation de manière relativiste).
Vous êtes un spécialistes ? Vous n'y comprenez rien ? En général, c'est l'un ou l'autre...
 #5227    par Invité
 vendredi 2 mai 2008 à 22:37
Dsl de vous embeter avec toutes mes questions, mais je vais mieux la formuler, dans l'émission, Brian Greene quand il parle des univers parallèles il dit "...biensur ces univers dont nous parlons évoluraient dans les dimensions suplémentaire de la théorie M, dimensions qui sont présentes tout autour de nous.." donc les dimensions suplémentaire c'est bien celles de 4 à 11 tout en sachant qu'il dit que les univers évoluraient dedant, ça me parait étrange que d'autres univers seraient dans le notre, surtout qu'il dit que ces univers sont autour de nous. J'aimerai comprendre quelle notion de dimensions il parle dans ce cas. merci lol
 #5228    par manuelarm
 samedi 3 mai 2008 à 00:34
Bon, l'univers totale est composée de 11 dimensions, qui se décompose en 10 dimension spatiales et une de temps, et nous on vit dans une 3-branes (de dimension 3), donc il nous reste un espace de dimension 7, les autres univers sont dans espace complémentaire, mais il est difficile de le concevoir intuitivement, vu qu'il nous est parfois difficile même de pensée en 3 dimensions. De plus avec un espace complémentaire à 7 dimensions une grand quantité de forme diverse d'univers peuvent être envisagé , sauf si l'on admet qu'il sont identiques à notre 3-branes, dans ce cas , c'est plus simple pour imaginer la structure.

Essayons de construire une configuration de cette univers totale, que l'on pourrait également appeler multivers. on prend une 3-branes, on choisit une des 7 dimension (remarque quelle soit finie ou infini le raisonnement est identique) donc dans cette dimension on peut placer une infinité de 3-branes , théoriquement on vient de construire une 4-brane contenant une infinité de 3-branes est qui ressemble à notre univers, si tu prends une autre dimension tu pourras construire une 5-brane contenant une infinité de 4-branes qui elles même contient une infinité de 3-branes identique à notre univers, et tu peux conitnuer le raisonnement jusqu'a utiliser les 7 dimensions. J'espère que j ai été clair.

A quantique:
Ce que je voulais dire avec ma petite citation, c'est que les mathématiques n'ont pas besoin de la réalité pour continuer leur développement, et si elle permettent une description de réalité, c'est juste un bonus. de plus la question et comme tu le dit une question plutôt pour l'épistémologie, par contre il est vrai quand même que beaucoup de mathématiciens sont intéressé par ce sujet, pour ma part le lien entre réalité et mathématique, et une proposition indécidable.
Par contre pour algorithme simulant l'intelligence, je n'en connais pas, mais s'il la simule, il ne passera pas le test de Turing.
 #5230    par galaxia2
 samedi 3 mai 2008 à 01:00
Okk, eh bien merci, j'ai enfin compris je vous remercie tous ;-)
 #5231    par quantique
 samedi 3 mai 2008 à 09:46
Manuelarm : précisément, par algorithme simulant l’intelligence, j’entends en fait « donnant l’illusion de… », je parle donc d’un alogrithme sommaire au final qui donne une simple illusion d’intelligence pas qui cherche à en représenter les grandes lignes. Quant au test de Turing, il est je crois trop tôt pour postuler l’impossibilité car comme précisément nous ne savons pas vraiment ce qu’est l’intelligence (comme la réalité), sa réalisation en un temps polynomial ou pas demeure une énigme (même si je te rejoins sur le fait, qu’à priori, la complexité pressentie semble écarter l’hypothèse).
De plus, la notion d’intelligence ne peut être entièrement dissociée de l’utilisation de la base de données (notre savoir, expérience, etc…) de départ ; or, les données de départ ne font pas partie de l’algortihme et elles représentent peut être une part non négligeable du concept d’intelligence.
Ensuite, c’est la partie du traitement de ces informations qui demeure le fond du problème par notre impossibilité actuelle à le retranscrire sous la forme d’une succession d’opérations logiques.
Je m'écarte du sujet du post, désolé.
 #15788    par cosmos
 mercredi 11 janvier 2012 à 22:15
Ok, je n'y connais rien à la théorie des cordes, mais suis tombé sur un problème d'espace à plus de quatre dimmenssions (l'espace x,y,z, et le temps) en relativité restreinte. C'est sur la transformation de Lorentz. Dans la méthode classique les deux référentiels inertiels ont les même origines au temps zéro. Je voulais dériver la transformation de Lorentz en permettant d'avoir des origines libres au temps initial. La solution donne deux referentiels synchronisés, c'est à dire que pour deux horloges séparées dans l'espace la distance entre les origines des deux référentiels inertiels est fixée tel que le temps est égal à zéro dans les deux référentiels au moment initial. Le truc pour obtenir la transformation de Lorentz avec des origines distinctes au moment initial est d'introduire dimension additionelle aux référentiels afin de conserver la transformation de Lorentz.

Premier résultat: la contraction des distances et dilatation du temps est la même pour des origines aribitraires pour autant que les deux référentiels soient synchronisés.

Deuxième résultat: la nouvelle dimension introduite correspond à l'effet Doppler. Plus exactement le ratio des longueurs d'onde de la lumière entre les deux référentiels.

L'article est disponible en ligne: http://www.calameo.com/books/0001453332620eb917e36