Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Le "flatness problème" un paradoxe?

  • Les autres théories ou peut être la votre...
Les autres théories ou peut être la votre...
 #13023    par cosmos
 lundi 18 juillet 2011 à 19:50
Dans l’état actuel de la science, toute les galaxies et toute la matière s'est formée lors du big bang. En suivant cette logique à cause de l'expansion de l'Univers, lorsque l'on s'approche du big bang la densité de l'Univers augmente jusqu’à tendre vers l'infini à la singularité. Cela pose problème, car au delà d'un seuil appelé la densité critique l'Univers s'effondre, alors le jeune Univers n'aurait jamais pu se dilater pour donner ce qu'il est aujourd’hui. Ce que j'ai appelé « l'age cinétique » c’est le temps qui nous sépare de l’instant o la densité de l'Univers converge vers l’infini. A cause de ce problème les scientifiques ont émis une hypothèse qui stipule que l'Univers primordial fait d'énergie s'est dilaté en une fraction de secondes jusqu’à atteindre une densité infinitésimalement supérieure à la densité critique (la période d'inflation cosmique), puis la matière a suivit son chemin selon la loi d'expansion de Hubble. Le fait que la théorie de l'inflation cosmique impose que cette inflation s'est arrêtée juste au dessus de la densité critique (d’une fraction pour 1062 ou moins) est appelée le "flatness problem". Alors que j'ai refait mes calculs avec mon modèle d’évolution de densité en m'arrêtant à la densité critique, j’obtiens un age de l'univers semblable aux plus vielles étoiles de la galaxie. Quant à moi c'est personnel mais je ne suis un peu sceptique. Cette théorie fait appel au concept de "fine tuning" qui selon laquelle si les constante de l'Univers étaient infiniment différentes l'Univers n'aurait pas pu devenir ce qu’il est. Les données des galaxies que j’ai récolté du catalogue zCosmos en utilisant ma transformation des distances en années lumières en distances Euclidiennes indiquent une toute autre chose : que la densité de l'Univers est constante dans le temps, c'est à dire que l'expansion de l'Univers n'est pas faite de vide, mais de matière et de nouvelles galaxies crées juste en bonne quantité pour ne pas changer l'équilibre de l'Univers. Si ces données s'avèrent correctes, le paradoxe causé par la densité critique n’a plus lieu d’être, et la théorie de l'inflation cosmique n'est plus nécessaire.



L’article est disponible sur le lien suivant : http://www.calameo.com/books/00014533338c183febd92
 #16746    par bongo
 mercredi 14 mars 2012 à 16:05
cosmos a écrit :A cause de ce problème les scientifiques ont émis une hypothèse qui stipule que l'Univers primordial fait d'énergie s'est dilaté en une fraction de secondes jusqu’à atteindre une densité infinitésimalement supérieure à la densité critique (la période d'inflation cosmique), puis la matière a suivit son chemin selon la loi d'expansion de Hubble.
infinitésimalement supérieure ou inférieure ?
Quand tu parles de densité critique, tu parles de la densité qui donne un univers à courbure positive ou négative ?
 #17465    par yoyo
 vendredi 20 avril 2012 à 04:10
Il va de soi, cosmos, comme tu le dis si bien que cela ne tient pas du tout la route.
Si je te suis bien, notre univers serait aussi plat qu'une crèpe de la chandeleur ; infini et intemporel, tel que je le conçois également.
Que la singularité originelle à l'instant t0, faute de trouver autre chose, est une idée limitée de l'esprit humain afin d'essayer à tous prix d'expliquer l'entropie de notre univers à des fins créationnistes, ce qui peut l'être aussi sur le plan mathématique, métaphysique, et même ontologique car il y a cet imbuvable mais réel principe de Carnot à démont(r)er.
Ton idée me plaît car elle tient compte d'une autre possibilité fort séduisante qui s'éloigne de l'idée que se font les physiciens qui maternent l'idée d'entropie ; celle d'une structure dissipative venant de l'anisotropie, selon les travaux de Prigogine et de Stengers.
(A ce niveau de ma réponse, je dois t'avouer que je me contredis un peu avec un de mes poste précédents sur ce fofo car je n'ai pas d'autre réponse plausible : le-paradoxe-john-connor-t2519.html#p17463)
Sur le plan philosophique, cela peut coller, même si cela est impossible à expliquer aux matérialistes, ils ne peuvent toujours pas trouver une explication logique à la conjecture de Goldbach depuis 1742 et se gargarisent avec cet outil mathématique qui leur semble abouti et sans faille, et puis, aux déistes fondamentaux qui ont une réponse à tout en priant les dieux depuis l'âge de la pierre pas encore bien taillée.

Amicalement et bien à toi. Y-20

yoyo
 #17469    par Darfeld
 vendredi 20 avril 2012 à 10:45
Si quelque chose est impossible à expliquer, c'est sans doute que c'est pas très clair pour vous non?

Ce que je lis en tous cas, me conforte dans cette opinion. Ou alors il faut absolument vous relire avant de poster parce que c'est incompréhensible. Sérieusement, j'essaye encore de comprendre le sens de certaines phrases.

Vous pouvez choisir d'ignorer mon commentaire, voir de mépriser mon incompréhension de pauvre mortel, mais si vous ne pouvez pas vous exprimez mieux que ça, je me permet d'émettre de sérieux doute sur votre compréhension de la physique et des mathématiques. Et quand vous parlez de métaphysique, de séduction (en parlant d'une idée) et exprimez un mépris apparent pour les physiciens et les mathématiciens qui soit disant s'accroche à tout pris à des théories qui ne vous plaisent pas, ça ne m'incite certainement pas à vous prendre au sérieux. ( réaction contre la fin du message de yoyo )
 #17471    par bongo
 vendredi 20 avril 2012 à 13:44
Certains commentaires sont complètement hors sujet.
Pour vulgariser, on part de la relativité générale, qui dit que la courbure spatiale de l’univers est lié à son taux d’expansion et son énergie (densité). Dans la suite, je ne considère que les modèles d’avant 1998 (pas de composante Lambda, c'est-à-dire pas d’énergie sombre pour accélérer l’expansion).
En théorie, l’univers peut avoir une courbure positive (densité > densité critique), ça veut dire que la somme des angles d’un triangle est supérieure à 180°, ou bien que le périmètre d’un cercle de rayon R est inférieur à 2piR, dans ce cas, l’univers est fermé et fini, et il finira probablement en Big Crunch.

Si l’univers a une courbure négative (densité < densité critique), ça veut dire que la somme des angles d’un triangle est inférieure à 180°, ou bien que le périmètre d’un cercle de rayon R est supérieur à 2piR, dans ce cas, l’expansion ne s’arrêtera jamais.

Si l’univers a une courbure nulle, on parle de platitude, ou d’espace euclidien, alors on retrouve les propriétés connues de la géométrie euclidienne.

Il se trouve que les mesures de WMAP montrent que l’univers est plat, densité = densité critique. Cependant la composition est 4% de matière baryonique (ordinaire), 23% de matière noire (Cold Dark Matter), et 73% d’énergie sombre (Lambda, c’est la constante cosmologique des équations d’Einstein).

Non satisfaits de cette coïncidence, les physiciens ont imaginé un mécanisme permettant de régler les choses pour que l’univers soit plat (l’inflation d’Alan Guth et Andréi Linde). Pour l’instant cette théorie ne reste qu’hypothétique, mais pourrait résoudre plusieurs problèmes (pas de monopôle magnétique, d’anomalie topologique de l’univers, isotropie du rayonnement fossile et platitude). Cependant les conditions permettant l’inflation sont encore plus difficiles à atteindre (bref l’idée est séduisante, mais… n’a pas de base théorique assez solide), de plus il n’y a pas de base expérimentale.

Cependant les choses vont changer à la fin de cette année, ou l’année prochaine, puisque le satellite Planck, lancé en mai 2009, destiné à étudier le fond de rayonnement fossile va pouvoir analyser la polarisation de ce rayonnement, et identifier des d’oscillations (mode B) pour confirmer ou infirmer l’inflation (du moins un des scénarii).

Le poste de cosmos essaie de ressusciter l’univers stationnaire, sauf que cette théorie viole de façon flagrante la conservation de l’énergie. Etant donné qu’il n’y a pas d’indice allant dans ce sens… personne aujourd’hui n’est prêt à abandonner cette loi.
De toute façon cela demanderait une violation faible de la conservation de l’énergie, mais on peut l’admettre… mais dans ce cas la théorie stationnaire ne sait pas expliquer le rayonnement fossile, ni son spectre de corps noir.
C'est pourquoi elle a été abandonnée dans les années 60 après la découverte de Penzias et Wilson.
 #17472    par yoyo
 vendredi 20 avril 2012 à 14:02
Le propre des lois et théories physiques est de procéder à la fois à la définition des concepts et à leur maniement. Le génie de la physique réside en ce que théorie, loi, concept et mesure expérimentale jaillissent d’un même élan créateur. Il est donc exclu de pouvoir définir ou utiliser un concept en l’absence du corpus théorique convenable. Sans cadre théorique sous-jacent, toute discussion prétendument scientifique tourne à la farce.

Interview d'Ilia Prigogine, prix nobel de chimie en 1977

Amicalement

yoyo

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

1 Réponses 
 5504 Vues
 Dernier message de Tutiou
 lundi 23 octobre 2017 à 20:12
0 Réponses 
 7858 Vues
 Dernier message de Maths1
 samedi 17 juin 2017 à 18:50
2 Réponses 
 6464 Vues
 Dernier message de skeptikos
 dimanche 29 juillet 2018 à 12:55
7 Réponses 
 259262 Vues
 Dernier message de hiningo
 jeudi 19 septembre 2019 à 06:52