Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Les redshifts une mesure de l'écoulement du temps

  • Les autres théories ou peut être la votre...
Les autres théories ou peut être la votre...
 #40829    par cosmos
 mardi 4 octobre 2016 à 22:07
Bonjour,

Bien sure la lumière est une fréquence donc une indication de l'écoulement du temps. L'interprétation la plus simple des redshifts est que l'on a bel et bien une mesure de l'évolution de l'écoulement temps au cours des époques. Entre le moment ou la lumière est émise et observée le temps ne s'écoule pas à la même vitesse. Autrement dit le temps se contracte. Un phénomène bien curieux mais pas si anodin que ça. En fait la contraction du temps fait varier les énergies. Le photon perd de l'énergie. Et puis la masse? La masse gagne en énergie potentielle qui devient moins négative (l'énergie potentielle de gravitation est une énergie négative), et perd en énergie cinétique. Ces changements d'énergie permettent à l'univers de se conserver. C'est à dire que les galaxies ont un déficit en énergie par les radiations émises. Pour compenser ce déficit et former de nouvelles étoiles, il y a un surplus d'énergie potentielle dans les objects compacts tels que les trous noirs et étoiles à neutrons. C'est ce surplus d'énergie qui va permettre de former de nouvelles étoiles. Ce surplus d'énergie est libéré dans la galaxie via des jets de particules émis par les objets compacts dans leurs axe de rotation.

Voici les liens de mes manuscripts à ce sujet:
http://vixra.org/abs/1505.0215
http://vixra.org/abs/1607.0560

Vos commentaires sont les bienvenus. Merci de rester polis même si vous n'adhérez pas à ces idées.
 #40830    par Tutiou
 mardi 4 octobre 2016 à 22:20
Bonsoir.

Il y a quelques phrases qui me semblent étranges. Le redshift ne permet pas de mesurer l'écoulement du temps. En fait tu as presque deux pléonasmes dans ta phrase Y-16 (évolution et écoulement du temps / des époques)

Je ne pense pas que le photon perde de l'énergie. Je crois que l'énergie d'un photon est de l'ordre de 2eV (après ça dépend de sa fréquence) mais une fois émis, il conserve son énergie, autrement il finirait par disparaître, or un photon est "immortel".

Concernant les énergies potentielles et cinétiques, je ne m'y connais pas trop. Peut-on parler des ces énergies pour des astres ? Je crois que oui pour l'énergie cinétique qui dépend de la masse et de la vitesse de l'objet étudié, mais l'énergie potentielle ne se calcule-t-elle pas en prenant deux points distincts dans un champ de pesanteur ? Si oui, que fait-elle dans les étoiles ?
 #40835    par cosmos
 mardi 4 octobre 2016 à 22:35
Tutiou a écrit :Bonsoir.

Le redshift ne permet pas de mesurer l'écoulement du temps.


Qu'est ce qui te fait dire ça? La lumière c'est une fréquence il me semble..

Tutiou a écrit :Bonsoir.

Je ne pense pas que le photon perde de l'énergie. Je crois que l'énergie d'un photon est de l'ordre de 2eV (après ça dépend de sa fréquence) mais une fois émis, il conserve son énergie, autrement il finirait par disparaître, or un photon est "immortel".


L'énergie du photon se mesure par sa fréquence (https://en.wikipedia.org/wiki/Photon_energy). Or le redshift correspond à une variation de la fréquence entre le moment d'émission et d'observation. Autrement dit le photon perd de l'énergie, et c'est valable pour toute les cosmologies.
 #40838    par Edji
 mardi 4 octobre 2016 à 23:01
cosmos a écrit : Autrement dit le photon perd de l'énergie, et c'est valable pour toute les cosmologies.

Heu, non. Le photon ne perd pas d'énergie. Tu dois confondre avec la dispersion. Le redshift est un péri-effet. Il y a le blueshift quand qqchose se rapproche au lieu de s'éloigner. La longueur d'onde est due au mouvement relatif, pas à la l'énergie (dans ce cas en tous les cas).

Et quel rapport avec la cosmologie ?
Les cosmologies ? C'est quoi ? Quelles sont-elles ?
 #40843    par cosmos
 mercredi 5 octobre 2016 à 01:02
Edji a écrit :
cosmos a écrit : Autrement dit le photon perd de l'énergie, et c'est valable pour toute les cosmologies.

Heu, non. Le photon ne perd pas d'énergie. Tu dois confondre avec la dispersion. Le redshift est un péri-effet. Il y a le blueshift quand qqchose se rapproche au lieu de s'éloigner. La longueur d'onde est due au mouvement relatif, pas à la l'énergie (dans ce cas en tous les cas).


Quelque petits rappels de physique. La lumière est à la fois ondulatoire et corpusculaire. Un photon correspond à un quanta de lumière. La relation de Planck dit que l'énergie du photon est E = hv, ou h est la constante de Planck, et v la fréquence. Un redshift correspond à un changement de fréquence ou de longueur d'onde, donc l'énergie du photon n'est pas la même.
 #40855    par bongo
 mercredi 5 octobre 2016 à 10:00
cosmos a écrit :Bien sure la lumière est une fréquence donc une indication de l'écoulement du temps.
Et bien je ne comprends pas bien pourquoi tu dis ça.
Si je me rapproche d’une source lumineuse, elle sera blueshiftée, alors c’est quoi ta conclusion ? Que le temps s’écoule différemment ?
Idem, si je m’éloigne, elle sera redshiftée… quelle conclusion ?

Tu vas me dire oui mais… il faut que je sois immobile. Ok, dans ce cas, comment tu montres qu’on est immobile par rapport à d’autres galaxies, si tu veux exploiter le redshift comme une variation de l’écoulement du temps ? Je trouve que c’est bancal comme raisonnement.
cosmos a écrit :L'interprétation la plus simple des redshifts est que l'on a bel et bien une mesure de l'évolution de l'écoulement temps au cours des époques.
Ou bien que c’est une preuve d’une expansion globale.
cosmos a écrit :Entre le moment ou la lumière est émise et observée le temps ne s'écoule pas à la même vitesse. Autrement dit le temps se contracte.
C’est ça que je ne comprends pas. Si le photon oscille à une certaine vitesse, et que le temps va de plus en plus vite, pourquoi le photon n’oscillerait pas plus vite (osciller entre guillemet, parce qu’il n’oscille pas vraiment). Par exemple, si je cours à 20 km/h, et si le temps s’écoule plus vite, que se passe-t-il ? Bah… toutes les réactions chimiques vont plus vite, donc je vais courir plus vite. Je réfléchis plus vite, mon chrono va plus vite (parce que le quartz va osciller à une fréquence plus grande), et je vais mesurer… toujours la même vitesse. Puisque je vais couvrir 20 km en un temps plus court, mesuré sur un chrono plus rapide donc il va m’indiquer le même temps qu’avant…
cosmos a écrit :La masse gagne en énergie potentielle qui devient moins négative (l'énergie potentielle de gravitation est une énergie négative), et perd en énergie cinétique.
Je ne comprends pas pourquoi tu dis ça. Tu supposes que les photons perdent de l’énergie (mais tu es dans un espace en expansion ???).
Et pourquoi tu décrètes que l’énergie de masse augmente ? Par quelle magie, par quel mécanisme ça se fait ? Si je mesure 1 kg ici, demain ça fera pas 1 kg ? Dit autrement, si je mesure l’énergie d’ionisation de l’atome d’hydrogène entre 2 époques reculées, je ne vais pas mesurer 13.6 eV ? Donc l’époque de recombinaison ce n’est pas 380 000 ans ?
cosmos a écrit :Ces changements d'énergie permettent à l'univers de se conserver. C'est à dire que les galaxies ont un déficit en énergie par les radiations émises. Pour compenser ce déficit et former de nouvelles étoiles, il y a un surplus d'énergie potentielle dans les objects compacts tels que les trous noirs et étoiles à neutrons. C'est ce surplus d'énergie qui va permettre de former de nouvelles étoiles. Ce surplus d'énergie est libéré dans la galaxie via des jets de particules émis par les objets compacts dans leurs axe de rotation.
Les jets se font par un mécanisme connu, qui est lié à la quantité ingurgitée de matière régulée par les rayons X et un mixte avec du champ magnétique.
cosmos a écrit :Voici les liens de mes manuscripts à ce sujet:
http://vixra.org/abs/1505.0215
http://vixra.org/abs/1607.0560

Vos commentaires sont les bienvenus. Merci de rester polis même si vous n'adhérez pas à ces idées.
Ah ben oui vixra, c’est là où on peut publier tout ce qu’on veut ?
Je pense que ça manque de réflexion sur toutes les conséquences possibles, et vu que c’est plus que spéculatif (aucunement basé sur une théorie éprouvée), il faudrait l’accompagner de prédiction. (Par exemple en 2 secondes j’ai compris que ça devait changer l’énergie d’ionisation de l’atome d’hydrogène, je suis sûr qu’il y en a d’autres). Et delà tu dois aller choper des observations pour dire et ben euh… blabla les observations permettent de conclure que l’énergie d’ionisation de l’hydrogène n’a pas pu varier de plus de tant en tant de milliards d’années.

Et tu devrais rajouter des paramètres dans ta construction pour dire voilà : lambda = 0 pour une théorie standard, et là on montre qu’avec les observations lambda < 10^-1345 etc…

Ah là là, qu'est-ce qu'on est obligé de faire parce qu'on ne sait pas manier la relativité générale Y-33

Ce n'est pas parce que le photon est devient rouge qu'il n'y a pas conservation de l'énergie...
Tu me lances une balle, tu dépenses X joules pour atteindre sa vitesse nominale. Ok, moi je fonce vers toi, je la reçois plus vite qu'elle est lancée, il y a violation de la conservation de l'énergie ?

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

2 Réponses 
 47359 Vues
 Dernier message de Jijijojo
 samedi 29 décembre 2018 à 21:15