Page 2 sur 2

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mardi 9 février 2021 à 17:11
par Key Ella
Merci de toutes ces questions.
Je réponds déjà à celle concernant la vitesse jugée trop grande de l'éloignement de la Lune:
https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com ... 99GL008348
Cette référence est citée dans l'article de Wikipedia "distance lunaire"

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mardi 9 février 2021 à 17:52
par Key Ella
Je vais répondre à cette objection:
"Non tu as fait un calcul en disant qu'il a vieillit de 50%, mais en plus tu as supposé que le taux d'expansion était constant depuis cette durée, ce qui n'est absolument pas acquis. "

Je considère que les distances dans l'univers sont proportionnelles au temps passé depuis le commencement: il y a 6,9 Ga (la moitié de l'âge actuel) l'univers devait être 2 fois plus petit (toutes les distances devaient être divisées par deux).

Bien sûr cela voudrait dire que l'expansion a été parfaitement régulière. Avec quand même un taux d'expansion qui n'est pas constant mais qui va en diminuant.
S'il est actuellement de environ 70 km/s/MPc
Il y a 1 milliard d'années H valait :
3,26.106/12,8.109.300 000 = 76,4 km/s/Mpc
Dans 1 milliard d'années H vaudra :
3,26.106/14,8.109.300 000 = 65,7 km/s/Mpc
Remarque préalable. J'utilise un modèle d'univers en forme d'hypersphère de rayon r = c x t
Ce rayon constitue une quatrième dimension perpendiculaire aux trois dimensions de notre espace 3D.
Une distance d dans notre espace 3D va s'expanser proportionnellement à r.
La vitesse d'expansion v = d/r
C'est ainsi qu'avec d = 1Mpc
et r = 13,8 Gal
v= 1Mpc / 13,8 Gal converti en bonnes unités on trouve v = 70,9 km/s/Mpc
Ce modèle ne prend pas en compte de phase d'inflation ni de phase d'accélération de l'expansion.
Mais de ça on pourra en reparler plus tard.

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mercredi 17 février 2021 à 16:46
par bongo
Key Ella a écrit : mardi 9 février 2021 à 17:11 Merci de toutes ces questions.
Je réponds déjà à celle concernant la vitesse jugée trop grande de l'éloignement de la Lune:
https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com ... 99GL008348
Cette référence est citée dans l'article de Wikipedia "distance lunaire"
Ben pas vraiment, si tu lis la conclusion
The two a(t) curves in Figure 1 do have the same slope (Eq. 8) at the present epoch. The two curves then noticeably diverge about 0.4 Gyr ago. Both curves fall slightly below the Mansfield datum: 371 600 km rs. 375 300+ 1900 km from Table 1. Webb's ocean curve agrees remarkably well with the 0.9 Gyr Cottonwood datum, and overall one must conclude that the agreement between the ocean model and the laminae data shown in this figure is surprisingly good
Webb's orbital history curve implies, via (2) and (9), sig- nificant temporal variation in the parameter (k/Q), which is shown for a 4 Gyr timespan in Figure 2. It is clear that (k/Q) has risen sharply over the past billion years, and in this sense today's ocean tides may indeed be called "anomalous" rela- tive to the remainder of Earth's history. It is likely that both k and Q have varied significantly in the past. Oceanic Q is known to be highly frequency dependent for the present-day oceans, with Q for diurnal tides roughly half that for semid- iurnal tides [Cartwright and Ray, 1991]. Moreover, the ef- fective tidal Love number k embodies within it the ocean's admittance to the tidal potential, which must vary inter alia according to the mode-matching arguments outlined above. The combination of the two is, we believe, why hydrody- namic considerations must play a crucial role in studies of the history of the lunar orbit.

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mercredi 17 février 2021 à 16:49
par bongo
Key Ella a écrit : mardi 9 février 2021 à 17:52Ce modèle ne prend pas en compte de phase d'inflation ni de phase d'accélération de l'expansion.
Mais de ça on pourra en reparler plus tard.
Ah bah du coup ça marche pas alors. Et puis ce que tu dis sur le taux d'expansion... c'est pas bon. Il faut regarder le modèle de FLRW...
La constante de Hubble en fonction du temps (et non ce n'est pas une constante) est da/dt / a(t).

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mercredi 17 février 2021 à 17:38
par Key Ella
L'abstract cite
The present rate of tidal dissipation in the Earth‐Moon system is known to be anomalously high, in the sense that the implied age of the lunar orbit is only 1.5×109 years, though other evidence suggests an age closer to 4×109 years.
L'explication qui vient ensuite est plutôt une thèse ad hoc pour faire coller l'âge de la lune à l'usure des marées. Quand on connait le résultat où on veut arriver c'est facile d'ajuster les paramètres pour ça !

Concernant l'accélération de l'expansion de l'univers :
Découverte en 1998 simultanément par deux équipes (Saul Permutter et Adam Riess), l'accélération de l'expansion leur a valu le prix Nobel en 2011. Ils ont observé et mesuré la distance de supernovae de type 1a à différentes échelles de distance. Le calcul leur a montré que l'expansion s'est accélérée depuis 5 ou 6 milliards d'années. Comme il fallait en trouvé une raison, certains scientifiques ont inventé le concept d'énergie noire, une énergie répulsive de densité constante et donc de force croissante dans le temps. Cette énergie noire est purement spéculative et aucune observation ou expérience ne l'a prouvée.
En 2019 Jacques Colin (CNRS), Roya Mohayaee, et Mohamad Rameez publient un article "Evidence for anisotropy of cosmic acceleration". Cet article remet en cause les observations de Permutter et Riess en prouvant un biais observationnel dans leurs mesures des distances des SN 1a.
Remarquez le titre de l'article qui n'ose pas contredire frontalement la théorie de l'accélération, théorie largement acceptée dans la communauté scientifique et qui a valu le prix Nobel à leurs auteurs.
Pourtant, c'est bien ce que Colin and als démontrent: l'accélération de l'expansion de l'univers n'existe pas. Exit donc l'invention de l'énergie noire.

A suivre pour contester l'inflation.....

Re: L'expansion locale

Message non luPublié :mardi 23 février 2021 à 12:33
par bongo
Key Ella a écrit : mercredi 17 février 2021 à 17:38 L'abstract cite
The present rate of tidal dissipation in the Earth‐Moon system is known to be anomalously high, in the sense that the implied age of the lunar orbit is only 1.5×109 years, though other evidence suggests an age closer to 4×109 years.
L'explication qui vient ensuite est plutôt une thèse ad hoc pour faire coller l'âge de la lune à l'usure des marées. Quand on connait le résultat où on veut arriver c'est facile d'ajuster les paramètres pour ça !
Mouais, je pense que c'est plus compliqué que ça... les forces de marée, la nature des roches, le mouvement des masses etc...
Key Ella a écrit : mercredi 17 février 2021 à 17:38Comme il fallait en trouvé une raison, certains scientifiques ont inventé le concept d'énergie noire, une énergie répulsive de densité constante et donc de force croissante dans le temps. Cette énergie noire est purement spéculative et aucune observation ou expérience ne l'a prouvée.
Pas vraiment non. L'observation brute c'est la magnitude des SNIa plus élevé que ce qui est attendu par rapport au redshift, vis-à-vis du modèle CDM.
Il se trouve que dans la théorie d'Einstein, l'équation la plus générale est avec une constante cosmologique.
La raison profonde est qu'une théorie de la gravitation relie la métrique à la source de gravitation, qui est le tenseur énergie-impulsion.
Etant donné que cette quantité est conservée localement, cela se traduit par une quadridivergence nulle. C'est ce que l'on doit retrouver de l'autre côté, avec la métrique.
Donc il fallait trouver un tenseur d'ordre 2 dont la quadridivergence est nulle. Cela se fait à uns constante d'intégration près (toute constante multipliée par le tenseur métrique répond à cette exigence).

Il se trouve que Lambda CDM décrit très bien l'accélération de l'expansion (qui permet d'expliquer la magnitude des SNIa).
Key Ella a écrit : mercredi 17 février 2021 à 17:38En 2019 Jacques Colin (CNRS), Roya Mohayaee, et Mohamad Rameez publient un article "Evidence for anisotropy of cosmic acceleration". Cet article remet en cause les observations de Permutter et Riess en prouvant un biais observationnel dans leurs mesures des distances des SN 1a.
Je suppose que tu parles de cet article :
https://arxiv.org/abs/1808.04597

J'ai envie de te répondre : and so what ? la science avance comme ça.
Ca ne veut pas dire qu'ils ont raison.
Quand on a des anomalies, c'est normal qu'il y ait plusieurs pistes avancées, comme par exemple dans l'histoire des sciences, on a l'anomalie de l'avance de périhélie de Mercure ou l'anomalie d'Uranus.
On invente une nouvelle planète (Vulcain, ou Neptune), et soit on trouve, soit on trouve pas, et on trouve une nouvelle théorie qui explique cela.

Plus récemment, on a par exemple l'anomalie de la courbe de rotation des galaxies, on a plusieurs pistes d'explication :
- on conserve la RG, on cherche de la matière noire
- on change la RG, on a MOND

Tout le monde publie dans des revues à comité de relecture, ça ne veut pas dire que chacun a raison, ça peut être soit l'un soit l'autre, ça peut être un peu des deux.
Le fait de pouvoir publier s'inscrit simplement dans la démarche scientifique.
Key Ella a écrit : mercredi 17 février 2021 à 17:38Remarquez le titre de l'article qui n'ose pas contredire frontalement la théorie de l'accélération, théorie largement acceptée dans la communauté scientifique et qui a valu le prix Nobel à leurs auteurs.
Pourtant, c'est bien ce que Colin and als démontrent: l'accélération de l'expansion de l'univers n'existe pas. Exit donc l'invention de l'énergie noire.

A suivre pour contester l'inflation.....
Et alors ?