• 4-La gravitation euclidienne

  • Les autres théories ou peut être la votre...
Les autres théories ou peut être la votre...
 #48813  par externo
 
Suite des preuves de la véracité de la théorie de Lorentz

On introduit la gravitation euclidienne comme suit :

En métrique de Minkowski il existe un espace pseudo-euclidien 4D tangent en tout point de la variété pseudo-riemannienne.
En métrique euclidienne il existe un espace euclidien 3D (l'éther) tangent en tout point de la variété riemannienne et le temps est orthogonal à cet espace.

Et je prétends que la métrique de Minkowski ne sert strictement à rien pour modéliser un champ gravitationnel.

Voici la représentation euclidienne, en dessin :
https://i.stack.imgur.com/zmeTI.png
https://askfrance.me/q/pourquoi-la-vite ... 1833726604

Pour passer de Newton à Einstein il suffit de représenter les trajectoires données par Newton mais en 4 dimensions et en tenant compte aussi de la courbure spatiale qui entraîne l'avance du périhélie et le doublement de la courbure de la lumière.
La courbure de l'espace induit une très légère courbure de la trajectoire parcourue par l'objet du fait de sa vitesse initiale, cette courbure n'est pas prise en compte dans les calculs de Newton.
Il y a donc deux trajectoires courbes qui concourent à l'orbite spatio-temporelle, une composante temps courbe et une composante espace courbe, la seconde étant plate chez Newton. La courbure est déterminée par l'angle alpha tel que cos alpha = 45° sur l'horizon. C'est la rotation hyperbolique de la relativité restreinte.
Le temps propre ne sert à rien ni pour tracer la trajectoire des objets ni pour déterminer la forme de l'espace.
Le temps coordonnée qui nous intéresse apparaît comme une dimension euclidienne.
Le temps propre est un paramètre le long de la ligne d'univers mais absolument pas une dimension physique.

En outre, on suppose (dans le sillage de LaFrenière et de Jeff Yee) que la gravitation a pour origine un effet d'ombre. Mais contrairement à eux, cet effet entraîne l'éther vers la masse attractive, et cet entraînement de l'éther est un changement de la direction de son mouvement et donc un changement du sens du temps.

Note : Si la gravitation s'explique par un effet d'ombre la lumière n'est pas source de champ gravitationnel car n'étant qu'une onde de l'éther elle ne génère pas un tel effet d'ombre. Peut-être y a-t-il une distinction à faire entre masse et énergie, la masse étant de l'énergie produisant un effet d'ombre, donc absorbant et réémettant les ondes de l'éther. La notion de masse relativiste est alors pleinement justifiée puisque l'énergie cinétique d'un corps a bien pour conséquence d'augmenter son effet d'ombre. Ainsi, seule l'énergie sous forme de masse serait source de gravitation.

Un modèle gravitationnel de rivière d'éther, mais l'auteur adhère à l'équivalence des référentiels d'Einstein, ce qui est absurde : http://www.alenspage.net/AetherFlowGravitation.htm
Dernière modification par externo le samedi 24 décembre 2022 à 20:19, modifié 32 fois.
 #48817  par externo
 
Un fil Futura sur le sujet :

https://forums.futura-sciences.com/astr ... dence.html

La réponse de Mach3 est d'une personne qui place une formule mathématique au-dessus de tout. Forcément, il y aura toujours une explication mathématique aux égalités constatées. Son parti pris l'empêche de voir que la coïncidence signalée est l'indice d'une modélisation mathématique autre et qui pourrait remplacer celle de Minkowski. Il s'interdit d'utiliser ses sens pour comprendre le réel. Il prend la formule mathématique pour le réel comme les anciens prenaient la parole biblique pour la réalité.

La tangente au paraboloïde est l'axe d'espace du chuteur. L'orthogonalité constatée dans le fil est celle entre l'axe du temps et l'axe d'espace du chuteur.
Les immobiles sont contractés et leur temps est dilaté conformément à la théorie de l'éther de Lorentz par leur mouvement dans l'espace local à la vitesse de libération (la vitesse de la lumière est anisotrope).
La métrique de Minkowski est la conséquence de la contraction de la matière en mouvement et du ralentissement de ses processus physiques. Il en découle que la métrique de Minkowski n'a pas de réalité physique et remplace le temps par le vieillissement, qui n'a rien de géométrique. En gravitation elle est inopérante pour expliquer la contraction et dilatation car ces phénomènes ont lieu à vitesse nulle. Il faut donc inventer une courbe à temps constant qui puisse formaliser ces phénomènes dans un environnement stationnaire. Ce sera la courbure intrinsèque de l'espace-temps.

Voir ce fil du forum physique-online où il est finalement compris que la dimension du temps est une dimension comme les autres et que la chronogéométrie est une erreur. Le temps et le vieillissement sont deux choses différentes :
http://www.
forum2.math.ulg.ac.be/viewthread.html?SESSID=45d674e9693612a6a593f0bfb1c3fb14&id=13703
Arc.png
[Il faut être connecté au forum pour avoir accès aux pièces jointes]

En rouge la ligne d'univers du chuteur qui est aussi l'axe du temps local. Les paraboles vertes, jaune et bleues représentent trois instants absolus différents. Ces paraboles sont inclinées à 45° au niveau de l'horizon et à 90° au niveau de la singularité. Il ne s'agit donc pas du paraboloïde de Flamm, qui est incliné à 90° au niveau de l'horizon pour modéliser la contraction infinie de la matière en ce point.
L'éther glisse peu à peu vers le bas mais se renouvelle perpétuellement par en haut en venant de l'infini et la parabole reste identique à elle-même quand on la fait évoluer dans le temps d'univers.
Ainsi ce n'est pas vraiment l'espace qui glisse mais l'éther et il y a une nuance entre les deux. L'éther dans son mouvement dans le temps façonne l'espace qui n'est lui même que l'instant présent.
Le principe est simple mais la conception est assez compliquée. Dans une vision plus large, le temps d'univers est le rayon de l'univers et la parabole est une dépression en surface comme un cratère.

Voir un meilleur graphe ici : https://forums.futura-sciences.com/astr ... nce-2.html post 46 (ajout 10/10/2022)
Réexplications plus détaillées :
La trajectoire bleue de chute libre représente la ligne d'univers du chuteur.
La parabole représente la surface de l'univers qui à cet endroit est incurvé par la gravitation.
Il faut bien voir cette surface comme une substance palpable et pliable en 3 dimensions, l'éther, le vide, etc... et non pas comme "rien".
En ordonnée sur le schéma il faut placer le temps cosmique, c'est à dire le temps en espace plat à l'infini.
La lumière se déplace à tout instant à égale distance entre la tangente à la courbe du temps bleu du chuteur et la tangente au parabole car sa trajectoire doit toujours être à 45° entre les axes de temps et d'espace locaux.

Il y a orthogonalité entre la trajectoire de Newton avec le temps coordonnée de l'infini (t) en ordonnée et la ligne d'espace (qui est à 45° sur l'horizon et 90° sur la singularité).
En fait, le chuteur de Painlevé dépasse la vitesse de la lumière (45°) sur l'horizon même du point de vue de l'éloigné. C'est comme en cosmologie : la vitesse de la lumière n'est pas une limite parce qu'il ne s'agit pas de mouvements dans l'éther mais de mouvements de l'éther. Par contre, ici, en raison de la différence physique des situations (absence d'expansion entre la lumière et l'éloigné), la lumière ne parvient jamais aux yeux de l'éloigné.
La vitesse de chute dépend simplement de l'angle de l'axe du temps. Le déplacement temporel préexistant dirigé verticalement à la vitesse c déteint dans l'espace de l'éloigné.
L'axe d'espace fait toujours 90° avec l'axe du temps. C'est d'ailleurs sa variation qui est à l'origine de la variation de l'axe du temps. La prise en compte de la variation de l'axe d'espace autour du trou noir (courbure) en plus de la variation de l'axe du temps permet de prévoir le doublement de la courbure de la lumière et l'avancée du périhélie.
Il n'y a ni dilatation du temps ni contraction des longueurs géométriques. Donc il n'y a ni métrique de Minkowski ni courbure intrinsèque.
La gravitation peut être modélisée sans métrique de Minkowski ni courbure intrinsèque.
C'est juste des trajectoires qui sont déviées par changement d'orientation du temps et de l'espace.

Il faut comprendre la différence entre l'espace et l'éther. L'espace, c'est la forme de l'univers, l'éther c'est ce qui constitue cet espace. Par exemple, une rivière est constituée de gouttelettes en mouvement, mais la forme de la rivière ne change pas alors que les gouttelettes sont mobiles. La forme de la rivière peut être une courbe, une boucle. La rivière c'est l'éther et sa forme c'est l'espace. L'espace peut donc être courbe.
Dans un espace plat, l'éther se déplace orthogonalement dans le temps et la rivière n'a aucun courant spatial, c'est un lac. Mais dans le schéma Hole le courant se fait sentir et l'espace se courbe en raison de la mise en mouvement de l'éther. En réalité l'éther ne se met pas en mouvement mais change seulement de direction, transformant une partie de son mouvement vertical en mouvement horizontal. Son mouvement suit donc la courbe de Newton. Par conséquent sa coordonnée de temps prend du retard par rapport à celle de l'infini où l'éther continue de ne se déplacer que verticalement, et la rivière (l'espace) semble se courber. En approchant du trou noir le courant accélère et le changement de direction s'accentue, il atteint 45° sur l'horizon. L'éther descend le long de la rivière mais pendant ce temps la rivière se renouvelle en amont en raison de l'attraction gravitationnelle (qui cause le changement de direction du mouvement de l'éther), faisant que la rivière en se renouvelant reste de niveau avec le lac et s'élève avec lui dans le temps de l'infini (temps cosmique). Voilà pourquoi l'espace reste identique à lui-même et pourquoi on peut représenter le schéma Hole comme un empilement de paraboles dans le temps cosmique. Ca se comprend mais ce n'est pas évident à expliquer.
Cela étant, dans les faits la situation est différente, car l'éther possède une vitesse initiale non nulle par rapport à la masse attractive, ce qui implique une correction de son mouvement.

Le message suivant est ici
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Dernière modification par externo le mardi 27 décembre 2022 à 00:10, modifié 87 fois.
 #48828  par bongo
 
externo a écrit : vendredi 5 août 2022 à 21:57Et je prétends que la métrique de Minkowski ne sert strictement à rien pour modéliser un champ gravitationnel.
Tu as entièrement raison !! L'espace-temps de Minkowski est dénué de courbure et donc ne peut prétendre décrire la gravitation.

D'ailleurs elle ne prétend pas décrire la gravitation, puisqu'elle ne décrit pas la gravitation. Elle est née en 1907, quand Minkowski a vu que les objets manipulés par Einstein étaient en fait des objets quadridimensionnels, des quadrivecteur évoluant dans un espace pseudo-euclidien.

Einstein a ensuite reprise ce formalisme et a montré qu'il fallait rajouter de la courbure pour pouvoir décrire la gravitation : un espace de Riemann. :-)
 #48829  par externo
 
Et bien je dis qu'il n'y a pas besoin de rajouter de la courbure à un espace-temps de Minkowski pour décrire la gravitation, il suffit de la rajouter à un espace-temps euclidien. Mais attention, il n'est pas question de courber l'espace-temps 4D euclidien dans une dimension virtuelle.
 #48830  par bongo
 
Tu peux dire ce que tu veux. Après écris-moi ton calcul pour la déviation des rayons lumineux ;-)
 #48831  par externo
 
Prenons le problème autrement : sais-tu que la théorie de l'éther de Lorentz est équivalente à la théorie de la relativité restreinte d'Einstein mais n'a pas besoin de l'espace-temps de Minkowski pour reproduire les mêmes résultats ?