Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Petit sondage pour déconner

  • Explication de notions mathématiques utilisées en astronomie et dans ce forum
Explication de notions mathématiques utilisées en astronomie et dans ce forum
 #8487    par Vénus
 jeudi 11 février 2010 à 05:08
Ne comprenant rien aux maths :Y-23: j'opterais malgré tout pour les extraterrestres :aliengreen: :alien: , Qu'est-ce qui les empêche d'exister après tout? Avec toutes ces exoplanètes...

En tout cas j'aime bien ton idée, mimata :alien: Deux pains de même volume mais de masses et de densités différentes. :Y-:19

A propos de 1=2 pourquoi pas? puisque 1+1 peut être = à 3 j'ai l'équation dans un bouquin mais iln'est pas à côté de moi là. J'ai cependant trouvé une autre façon de le comprendre : Tu as 2 produits au départ, tu les mélange et tu obtiens un troisième produit plus ceux de départ ça fait trois. Mais laissons là ces équations inutiles et revenons à nos moutons... Peut-être tes sympathiques petites équations fonctionnent-elles sur le papier mais dans la réalité on ne peux pas dédoubler de la matière, t'as trop r'gardé Harry Potter! Sinon, effestivement, la fin dans le monde serait résolue, alors définitivement, je choisis le extraterrestres. :aliengreen: :aliengreen: :aliengreen:
 #8491    par manuelarm
 jeudi 11 février 2010 à 12:25
à Venus,

1) 1=2 est impossible car sinon l'ensemble des entiers naturels ne contient que 2 nombres 0 et 1.( Ceci est une vérité si je suppose l'existence des nombres naturels {0,1,2,3,4,....} )

2) 1+1=3 , cela doit être une erreur, d'un point de vue mathématique en utilisant les entiers relatifs et en construisant des classes d'équivalences respectant la plus part des structures algébriques (ici en particulier l'addition), il est possible soit de démontrer :
1+1=0 ou bien 1+1=2.

3) Je rappelle le raisonnement 1=2 n'est pas logique, vous travailler dans des structures différentes .Vous confondez les notions.

4) Les objections sur l'impossibilité de cette multiplication à cause de la matière, n'est pas recevable car si les particules fondamentale ont structure de boule cela est compatible. D'un point de vue logique que peut on dire pour réfuter cela, la première chose est une possible réfutation d'un espace temps continu (celui de la relativité générale) par exemple.
 #8499    par Vénus
 jeudi 11 février 2010 à 15:25
Je n'ai absolument rien compris à tes explications :Y-31: mais si tu veux je peux te retrouver la formule et te l'écrire, ainsi tu pourras juger de si elle contient ou non une erreur.
Et puis démontre-le alors que 1+1=0 si c'est possible.
De toute façon, en maths rien ne me choque, puisque je n'y comprends absolument rien :Y-17:
Et puis il est évident que l'espace temps n'est continu, uniforme, plat ou quoi que ce soit. Le temps est relatif, l'espace est courbé, la gravité ralentit le temps, la vitesse de déplacement à une incidence sur l'écoulement du temps et patati et patata. Par contre je ne vois pas le rapport avec la duplication de la matière.
 #8500    par manuelarm
 jeudi 11 février 2010 à 16:28
@ Venus

C'est très simple, tu prend l'ensemble des entiers naturels {0,1,2,3,...}
Cet ensemble tu le partage en deux ensembles distincts les nombres pairs et les nombres impairs que tu noteras par exemple p et i, de plus on peut remarquer que la somme de deux nombres pairs est un nombre pair, que la somme de deux nombre impairs est un nombre pair et enfin que la somme d'un nombre impair et un nombre pair donne un impair. Maintenant, si je pose par abus de langage p=0 et i=1, je viens de construire un ensemble {0,1} avec la propriété 1+1=0 (puisque la somme de deux nombres impairs est un nombre pair).

As-tu compris?
Ai-je été un peu plus clair avec cette pseudo démonstration?

N.B: A propos c'est un peu comme cela que calcul les ordinateurs; merci le monde binaire.


Le rapport avec la duplication de la boule est que ce résultat n'est connu que dans des espaces continus de dimension supérieur ou égal à 3. Par contre l'espace-temps est continu dans le cadre de la relativité générale d'Einstein, dans la mécanique quantique les équations sont posées dans un espace supposée continu et un temps continu, il est vrai qu'il y a le problème au niveau de la distance de Planck, qui nous empêche de trancher définitivement.


N.B:Ayant eu l'occasion de débuter un troisième cycle universitaire en mathématique, je pense que cela m'aurait frapper un peu ce résultat de construire une structure de nombre où l'on pourrait écrire par abus de langage 1+1=3, mais si tu as l'occasion de la retrouver poste là sur le forum, c'est un très bon exercice de logique de trouver erreur d'une démonstration.
 #8501    par Vénus
 jeudi 11 février 2010 à 21:49
Je vais te répondre franchement, manuelarm (c'est quoi ce pseudo?) Je n'ai absolument pas compris 1+1=0. En fait c'est la phrase " Maintenant, si je pose par abus de langage p=0 et i=1, je viens de construire un ensemble {0,1} avec la propriété 1+1=0 (puisque la somme de deux nombres impairs est un nombre pair)." (Je ne sais pas comment on fait pour citer)
Te fatigue pas vieux, j'ai 3 de moyenne en maths. :Y-17: Je ne comprendrai Jamais rien.
Et puis la distance de Plank je ne sais pas ce que c'est.

(les extraterrestres :aliengreen: :aliengreen: :aliengreen: )
 #8548    par Vénus
 lundi 15 février 2010 à 12:38
Donc voilà la formule (je peux pas trop mettre de symboles dc je vais faire avec). Je recopie ce qui est écrit dans mon bouquin :

Prenons l'équation vérifiée (a+b)*(a--b) = a[puissance]2[/puissance]-ab+ba-b[puissance]2[/puissance] A droite -ab et +ba s'annulent, on a donc : (a+b)*(a-b)=a[puissance]2[/puissance]-b[puissance]2[/puissance].
Divisons les deux termes de chaque côté par (a-b), on obtient : (a+b)*(a-b)/a-b=a[puissance]2[/puissance]-b[puissance]2/a-b[/puissance]
Simplifions le terme de gauche : (a+b)=a[puissance]2[/puissance]-b[puissance]2[/puissance]/a-b
Posons a=b=1. On obtient donc ; 1+1 = 1-1/1-1
Lorsqu'on a le même terme en aut et en bas d'une division, celle-ci = 1. Donc l'équation devient : 2 = 1 et, si on ajoute 1 des deux côtés on ontient : 3 = 2, donc si on remplace 2 par un 1+1 on obtient ... 3 = 1+1.

Voilà, maintenant à toi de jouer. ;-)