Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Qui a-t'il derrière un trou noir ?

  • Vos questions sur les trous noirs et tous les mystères : univers parallèles, trous de vers, etc.
Vos questions sur les trous noirs et tous les mystères : univers parallèles, trous de vers, etc.
 #23604    par soralien
 dimanche 13 janvier 2013 à 20:52
1) je ne parle pas de masse négative forcément.
2) Sans faire intervenir le Tachyon, c’est l'effet Lense-Thirring qui me fait penser aux trous blancs dans certains trous noirs.
3) le spin ne sert pas juste à différentier le boson du fermion, il réconcilie la physique et la métaphysique, si tu comprends cette phrase, tu comprends pourquoi j'en arrive a la conclusion :
4) Les trou blancs sont un champs d’investigation crédible pour le futur.
 #23613    par bongo
 lundi 14 janvier 2013 à 10:40
soralien a écrit :1) je ne parle pas de masse négative forcément.
Dans ce cas, qu'est-ce qui disintingue un trou blanc d'un trou noir dans la métrique de Schwarzschild ?
soralien a écrit :2) Sans faire intervenir le Tachyon, c’est l'effet Lense-Thirring qui me fait penser aux trous blancs dans certains trous noirs.
Je ne vois pas le rapport entre le tachyon et l'effet Lense-Thirring, surtout que cet effet existe également pour un trou noir de Kerr.
soralien a écrit :3) le spin ne sert pas juste à différentier le boson du fermion, il réconcilie la physique et la métaphysique, si tu comprends cette phrase, tu comprends pourquoi j'en arrive a la conclusion :
Non je ne comprends pas cette phrase, quel est le rapport entre bosons/fermions, et métaphysique ???
soralien a écrit :4) Les trou blancs sont un champs d’investigation crédible pour le futur.
 #23618    par soralien
 lundi 14 janvier 2013 à 11:59
Bongo a écrit :
Dans ce cas, qu'est-ce qui disintingue un trou blanc d'un trou noir dans la métrique de Schwarzschild ?

Les solutions complètes dans la métrique de Schwarzschild, c'est : trou noir + trou blanc avec 2 univers dont les horizons sont connectés par un trou de ver qui correspond au pont Einstein-Rosen.
La notion de masse négative est subjective au référentiel utilisé.
Bongo a écrit :
Je ne vois pas le rapport entre le tachyon et l'effet Lense-Thirring, surtout que cet effet existe également pour un trou noir de Kerr.

Et alors ? l'effet Lense-Thirring permet juste de comprendre la « création » d’un nouvelle espace.
Bongo a écrit :
Non je ne comprends pas cette phrase, quel est le rapport entre bosons/fermions, et métaphysique ???

C’est la base de la physique quantique, mais très peu le comprenne. Depuis que la physique quantique viole les inégalités de Bell, la physique classique tell qu’elle était perçu a changée de définition : elle n’étudie plus forcément les causes extérieures à partir de l’observation matériel. Mais alors comment la reformuler tu vas me dires ? Comment concevoir que dans le monde réel les inégalités de Bell sont bien violées ??? N’est ca pas absurde ? Contre ta logique ? Un homme a perçu ce que pouvait devenir la physique classique : Kant. En reformulant la métaphysique Aristotélicienne, il a donné la meilleur définition de la physique actuel. Oui, j'ai bien dit que la nouvelle définition de la métaphysique ( celle de Kant ) était celle de la physique actuel. L’approche Kantienne du quantique me fais comprendre que le Boson n’est pas seulement une unité physique comme on a l’habitude de les entendre dans la vie de tous les jours, mais est bien une unité métaphysique. L’approche réaliste des trous blanc est donc de l’ordre de la métaphysique kantienne, si tu trouves ça pas logique, c’est peut être parce que tu l’a pas encore comprise.
 #23619    par bongo
 lundi 14 janvier 2013 à 12:30
soralien a écrit :
Bongo a écrit :
Dans ce cas, qu'est-ce qui disintingue un trou blanc d'un trou noir dans la métrique de Schwarzschild ?

Les solutions complètes dans la métrique de Schwarzschild, c'est : trou noir + trou blanc avec 2 univers dont les horizons sont connectés par un trou de ver qui correspond au pont Einstein-Rosen.
La notion de masse négative est subjective au référentiel utilisé.
Qu’est-ce que tu entends par solutions complètes dans la métrique de Schwarzschild ? Est-ce que tu peux m’expliquer ?
Pour moi, la métrique s’écrit en coordonnées sphériques : g = diag[f(R) 1/f(R) r² r²sin²phi ]
Avec f(r) = 1-Rs/r
soralien a écrit : Bongo a écrit :
Je ne vois pas le rapport entre le tachyon et l'effet Lense-Thirring, surtout que cet effet existe également pour un trou noir de Kerr.

Et alors ? l'effet Lense-Thirring permet juste de comprendre la « création » d’un nouvelle espace.
Est-ce que tu peux expliciter ? je ne comprends pas non plus.
soralien a écrit : Bongo a écrit :
Non je ne comprends pas cette phrase, quel est le rapport entre bosons/fermions, et métaphysique ???

C’est la base de la physique quantique, mais très peu le comprenne. Depuis que la physique quantique viole les inégalités de Bell, la physique classique tell qu’elle était perçu a changée de définition : elle n’étudie plus forcément les causes extérieures à partir de l’observation matériel. Mais alors comment la reformuler tu vas me dires ? Comment concevoir que dans le monde réel les inégalités de Bell sont bien violées ??? N’est ca pas absurde ? Contre ta logique ?
Ce n’est pas absurde, juste contre-intuitif. Mais comme tu es le seul à l’avoir compris, est-ce que tu peux m’expliquer un peu plus en détail ?
D’abord comment la physique classique a changé de définition ???
soralien a écrit :Un homme a perçu ce que pouvait devenir la physique classique : Kant. En reformulant la métaphysique Aristotélicienne, il a donné la meilleur définition de la physique actuel. Oui, j'ai bien dit que la nouvelle définition de la métaphysique ( celle de Kant ) était celle de la physique actuel. L’approche Kantienne du quantique me fais comprendre que le Boson n’est pas seulement une unité physique comme on a l’habitude de les entendre dans la vie de tous les jours, mais est bien une unité métaphysique. L’approche réaliste des trous blanc est donc de l’ordre de la métaphysique kantienne, si tu trouves ça pas logique, c’est peut être parce que tu l’a pas encore comprise.
Le seul rapprochement que je fais entre Kant et la physique quantique, c’est la première syllabe qui se prononce pareil.
Tu peux me citer un ouvrage où Kant parle de physique quantique ?
C’est quoi une unité physique ??

Non je ne l’ai pas comprise, alors si tu veux bien jouer le rôle de professeur et m’enseigner ce que je ne comprends pas.
 #23623    par soralien
 lundi 14 janvier 2013 à 15:02
Bongo a dit :
Qu’est-ce que tu entends par solutions complètes dans la métrique de Schwarzschild ? Est-ce que tu peux m’expliquer ?
Pour moi, la métrique s’écrit en coordonnées sphériques : g = diag[f(R) 1/f(R) r² r²sin²phi ]
Avec f(r) = 1-Rs/r

?? je vois pas le rapport, je parles d’une région asymptotiquement plate de l'espace temps, (comme une image dans un miroir de la notre) . elle est connectée à un goulot d'étranglement spatio-temporel ( trou de ver ) reliant deux régions distinctes. La géométrie de Schwarzschild décrit DEUX régions asymptotiquement plates qui mènent l'une vers l'autre, donc se connectent via un trou de ver pendant un très un court instant puis se déconnectent.
Bongo a dit :
Est-ce que tu peux expliciter ? je ne comprends pas non plus.

expliciter quoi ? je pense juste que le fait qu’un corps céleste assez massif, qui se trouve en rotation dans l’espace-temps entraîne avec lui ce dernier en y imprimant une distorsion, déforme l’espace, et donc l’univers ( et les lois qu’on connaît ) aussi. Autrement dit, le référentiel local se trouve entraîné dans un mouvement de rotation a tell point que le nouvelle « espace » suit des lois mathématiques différentes des lois physiques ( qu’on connaît ) de l’univers.
Bongo a dit :
D’abord comment la physique classique a changé de définition ???

Quand je dis qu’elle a changé de définition, c’est qu’elle a donné lieu a la physique quantique ! La physique quantique est une physique aussi rationnelle que la physique classique et pourtant on les a séparé ! Pourquoi ? Surtout parce que la physique quantique parait trop bizarre pour des mécanistes pure, mais la réalité c’est que la physique quantique est de la pure et simple physique ( ou métaphysique Kantienne, appel ça comme tu veux ).
Bongo a dit :
Tu peux me citer un ouvrage où Kant parle de physique quantique ?

Evidemment que Kant ne dit pas les mots « physiques quantique », lui il parle d’une nouvelle science qui est : la métaphysique. Sauf qu’a la différence de celle de Saint thomas d'Aquin et de Descartes, il l’a rend plus rigoureuse et lui donne de nouvelles bases qui sont les mêmes bases logistiques que l'approche de celle qu’on prend en physique quantique.
Bongo a dit :
C’est quoi une unité physique ??

Bon, si tu préfère, le spin est une propriété quantique qui donne lieu a une nouvelle unité de mesure qui n’est pas du domaine de la physique classique. Par exemple, prenons deux bosons particuliers : si le photon et le gluon se comportent comme des particules, ils restent néanmoins aussi des ondes. Pour y voir clair, si un Luxon ( je parles de ceux qu’on connaît ) n’est plus en mouvement ( ou plutôt est au repos ), il « disparaît » matériellement de l'univers ( Bon bien sur, d'après le modèle standard, un Luxon n'est jamais au repos puisque par sa définition il a une vitesse... mais ça change rien a l'explication de ce qu'est une onde )
 #23626    par bongo
 lundi 14 janvier 2013 à 21:27
soralien a écrit :?? je vois pas le rapport, je parles d’une région asymptotiquement plate de l'espace temps, (comme une image dans un miroir de la notre) . elle est connectée à un goulot d'étranglement spatio-temporel ( trou de ver ) reliant deux régions distinctes. La géométrie de Schwarzschild décrit DEUX régions asymptotiquement plates qui mènent l'une vers l'autre, donc se connectent via un trou de ver pendant un très un court instant puis se déconnectent.
Explique-moi comment la métrique de Schwarzschild décrit cette connexion, surtout pendant un court instant.
Je ne sais pas si "solution statique à symétrie sphérique" te parle.
soralien a écrit :expliciter quoi ? je pense juste que le fait qu’un corps céleste assez massif, qui se trouve en rotation dans l’espace-temps entraîne avec lui ce dernier en y imprimant une distorsion, déforme l’espace, et donc l’univers ( et les lois qu’on connaît ) aussi. Autrement dit, le référentiel local se trouve entraîné dans un mouvement de rotation a tell point que le nouvelle « espace » suit des lois mathématiques différentes des lois physiques ( qu’on connaît ) de l’univers.
Ca j'avais compris, mais tu n'expliques pas cette "création" d'un nouvel espace. C'est plutôt ça que j'aimerais que tu m'expliques. (j'ai commencé à étudier la RG il y a une dizaine d'années, et même si ma mémoire n'est pas bonne, je me rappelle encore de ça... [Gravity Probe B c'était il n'y a pas si longtemps]).
soralien a écrit :
Bongo a dit :
D’abord comment la physique classique a changé de définition ???

Quand je dis qu’elle a changé de définition, c’est qu’elle a donné lieu a la physique quantique ! La physique quantique est une physique aussi rationnelle que la physique classique et pourtant on les a séparé ! Pourquoi ? Surtout parce que la physique quantique parait trop bizarre pour des mécanistes pure, mais la réalité c’est que la physique quantique est de la pure et simple physique ( ou métaphysique Kantienne, appel ça comme tu veux ).
C'est très très mal dit, mais je crois comprendre ce que tu veux dire...
La physique quantique est un nouveau paradigme. (je ne comprends pas pourquoi tu parles de séparation...)
Par contre, je ne comprends pas pourquoi tu relies la physique à la métaphysique kantienne... à ma connaissance (mais je me trompe sûrement si je comprends bien ce que tu dis), la physique se base sur l'expérience, mais pas la métaphysique ?
soralien a écrit :
Bongo a dit :
Tu peux me citer un ouvrage où Kant parle de physique quantique ?

Evidemment que Kant ne dit pas les mots « physiques quantique », lui il parle d’une nouvelle science qui est : la métaphysique. Sauf qu’a la différence de celle de Saint thomas d'Aquin et de Descartes, il l’a rend plus rigoureuse et lui donne de nouvelles bases qui sont les mêmes bases logistiques que l'approche de celle qu’on prend en physique quantique.
Quelles sont les bases de la physique quantique ? Quelles sont les bases de la métaphysique ?
soralien a écrit :Bon, si tu préfère, le spin est une propriété quantique qui donne lieu a une nouvelle unité de mesure qui n’est pas du domaine de la physique classique.
Je ne suis pas d'accord avec les termes employés, mais je pense avoir compris ce que tu voulais dire. Le spin est une grandeur purement quantique, qui ne trouve pas d'équivalent dans la physique classique.
soralien a écrit :Par exemple, prenons deux bosons particuliers : si le photon et le gluon se comportent comme des particules, ils restent néanmoins aussi des ondes.
Tout comme tous les fermions... c'est pourquoi je ne comprends pas ton exemple.
soralien a écrit :Pour y voir clair, si un Luxon ( je parles de ceux qu’on connaît ) n’est plus en mouvement ( ou plutôt est au repos ), il « disparaît » matériellement de l'univers ( Bon bien sur, d'après le modèle standard, un Luxon n'est jamais au repos puisque par sa définition il a une vitesse... mais ça change rien a l'explication de ce qu'est une onde )
Je ne suis pas sûr que tu aies bien compris la définition d'un luxon...
C'est une particule de masse nulle, donc forcément d'après la relativité, c'est une particule qui se déplace à la vitesse de la lumière par rapport à n'importe quel observateur... (c'est assez subtile).

Donc je n'ai toujours pas compris ta définition de l'unité physique.
  • 1
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 18

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

Nouveau message Est-il possible qu'un trou noir ne s'évapore pas ?
par Pl6713 » samedi 1 juin 2019 à 11:08 » In Les trous noirs
4 Réponses 
 128661 Vues
 Dernier message de Pl6713
 mardi 4 juin 2019 à 12:12