Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • l'expansion

  • Besoin d'explication sur des notions de physique, d'astrophysique ou de chimie ? Posez votre question ici !
Besoin d'explication sur des notions de physique, d'astrophysique ou de chimie ? Posez votre question ici !
 #30889    par tierri
 mardi 20 mai 2014 à 08:49
Einstein ne s'est pas trompé, mais il considérait sa RG comme une théorie provisoire dans laquelle les sources de la gravitation sont introduites de manière arbitraire sans avoir d'interprétation géométrique en ce qui les concerne.
 #30892    par bongo
 mardi 20 mai 2014 à 09:56
Alors, oui et non, vous avez tous les deux à la fois raison et tort (mais en fait pas pour la même chose).

En fait je vais rappeler rapidement le statut des sciences, du moins sa vision en épistémologie.
Il n'y a aucune théorie vraie et fausse, il n'y a que des théories s'approchant plus ou moins de la réalité, ou du moins ayant une représentation correcte dans son domaine d'application.

Newton ne s'est pas trompé avec la gravitation universelle, sa théorie nous permet très largement de lancer des fusées, calculer des orbites, se faire accélérer par l'effet de fronde gravitationnelle, de déduire de la courbe de rotation des galaxies qu'il y a de la matière noire (ou bien autre interprétation, elle est fausse à ces échelles), de déduire qu'au centre de notre galaxie, il y a un trou noir entre 2 et 4 millions de masses solaires.
Mais elle ne permet pas d'expliquer l'avance de périhélie de Mercure, la déviation des rayons lumineux, le mouvement dans un champ très intense etc...

La théorie d'Einstein n'est sûrement pas la théorie ultime, on sait que le monde est quantique, et il faudra incorporer les concepts de la physique quantique dans la relativité générale. Parce qu'une densité infinie au centre d'un trou noir, ou bien une densité infinie au moment du Big Bang n'est pas très satisfaisant comme théorie.

Donc on sait que la relativité générale est la théorie la plus précise de la gravitation que l'on ait aujourd'hui, mais nous savons qu'elle devra être remplacer par une théorie quantique.
Cependant, pour la plupart des problèmes de la vie quotidienne, il serait inutilement compliqué d'utiliser une théorie quantique de la gravitation... donc on ne jettera sûrement pas la RG ni la gravitation de Newton.

Là où Einstein faisait fausse route, c'est d'une part d'avoir introduit la constante cosmologique, en ratant la prédiction de l'expansion (mais l'histoire montrera que finalement, cette constante cosmologique n'était pas de trop et c'est la seule à pouvoir expliquer l'accélération de l'expansion, ou du moins décrire ce phénomène à défaut de l'expliquer de manière profonde).
Là où Einstein s'est complètement trompé, c'est de vouloir unifier gravitation et électromagnétisme, en ignorant complètement les deux autres interactions nucléaires ainsi que le formalisme quantique.
 #30904    par yoyo
 mardi 20 mai 2014 à 18:25
Je ne cherche surtout pas à avoir raison ou tort et je cite un exemple : "Le célèbre physicien danois Niels Bohr est aussi célèbre pour ses travaux et son prix Nobel de physique en 1922 que pour ses nombreuses controverses avec Albert Einstein. Les chercheurs de l'Université Goethe de Francfort-sur-le-Main (Hesse) ont mené une expérience, aidés par les hypothèses de chercheurs français, afin de démontrer que Niels Bohr avait raison concernant les objections d'Einstein soulevées lors du cinquième congrès "électrons et photons".
La mécanique quantique repose sur un principe d'incertitude. Einstein, dont l'Histoire retient sa phrase "Dieu ne joue pas aux dés", essayait au début de proposer des expériences de pensées, dans lesquels il était possible, par des moyens détournés, de prendre en défaut ce principe.
Niels Bohr
L'une des expériences consistait à diffracter un faisceau par une fente, puis à placer un second réseau de diffraction constitué de deux fentes. Le résultat donne une figure d'interférence. Le problème réside dans le fait que si l'on veut chercher à connaître la trajectoire des particules, cela détruit l'aspect ondulatoire et la figure disparaît. Pour éviter la mesure directe de la trajectoire, Einstein se basait sur la conservation du moment. Il estimait que si la particule est déviée, elle devait transmettre une part de sa quantité de mouvement à l'écran porteur de la fente. Bohr, lui, maintenait que l'écran lui-même était quantique, ce qui rendait caduque la proposition d'Einstein.
C'est donc cette expérience, que les physiciens de l'équipe de Reinhard Dörner ont réalisée, en étudiant des atomes d'hélium traversant un réseau de molécules d'hydrogène et de deutérium. Les résultats du comportement du réseau donnent ainsi raison à l'hypothèse quantique de Niels Bohr."

Et j'en reviens au fait que toutes théories ne demandent qu'à évoluer !

Y-16

yoyo
 #30921    par bongo
 mercredi 21 mai 2014 à 13:51
Il y a même l'expérience d'Alain Aspect, qui montre le caractère non local de la théorie quantique.

C'est une autre preuve expérimentale que le paradoxe EPR donne raison à Bohr contre Einstein.

Mais là on s'éloigne du sujet sur l'expansion.

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

Nouveau message Question par rapport à l'expansion de l'univers
par Phoenixia » dimanche 16 septembre 2018 à 09:29 » In Autres théories
13 Réponses 
 59973 Vues
 Dernier message de bongo
 dimanche 23 septembre 2018 à 11:37