Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • controverse "matière noire" vs "Théorie Mond"

  • La relativité générale est une théorie relativiste de la gravitation. Elle décrit l'influence sur le mouvement des astres de la présence de matière et, plus généralement d'énergie, en tenant compte des principes de la relativité restreinte. La relativité générale englobe et supplante la théorie de la gravitation universelle d'Isaac Newton.
    Une question à ce sujet ? Demandez toujours...
La relativité générale est une théorie relativiste de la gravitation. Elle décrit l'influence sur le mouvement des astres de la présence de matière et, plus généralement d'énergie, en tenant compte des principes de la relativité restreinte. La relativité générale englobe et supplante la théorie de la gravitation universelle d'Isaac Newton.
Une question à ce sujet ? Demandez toujours...
 #40238    par Markus Bloch
 lundi 22 août 2016 à 18:32
En ce qui concerne l'intégrale de la deuxième partie, je ne peux que dire la chose suivante: l'intégrale fonctionne bien (comme probablement une infinité d'autres fonctions), pour retrouver la gravitation classique Newtonienne. L'extrapolation qui suit ne tire sa justification que du fait qu'elle permet de retrouver ce qu'on cherchait, à savoir la dépendance en 1/r. Cette extrapolation est clairement une opération ad-hoc, sans autre justification qu'on est satisfait d'obtenir ce qu'on cherchait! Je pense sincèrement que ce genre de raisonnement permet de faire des conjectures qui donnent des idées pour la suite des recherches.

L'apparition des interférences est implicite dans le texte, qui suppose que l'environnement radial de la surface sphérique critique définie par rc est composé de rayons virtuels avec la courbure minimale, qui définissent une portion de surface sphérique à courbure (au sens de la RG Schwarzschild) constante quel que soit le rayon, et une portion de surface sphérique variable qui augmente avec r et qui est à courbure (RG) nulle. Cela définit donc implicitement des interférences; reste à définir le nombre de rayons sur la sphère, si tout cela a un sens.

Il est tout à fait exact que je suis parti de l'idée a priori que la courbure était quantifiée, au moins dans un certain domaine. La raison est la suivante: dans tous les documents que j'ai pu lire sur la matière noire, j'ai été particulièrement impressionné par le document de l'astronome Françoise Combes publié en 2014 pour sa leçon inaugurale au Collège de France. J'ai constaté qu'elle essayait vraiment sans a priori de faire le tour de la question sur la matière noire, montrant qu'il ne fallait pas écarter l'hypothèse de style MOND. Mais les détracteurs de MOND soutiennent toujours que le dogme, c'est la RG, et que la RG s'appuie, en particulier pour concrétiser la métrique de Schwarzschild, sur la gravitation Newtonienne sans aucune modification. Or, la RG est allée de succès en succès, la remettre en cause leur parait éminemment suspect, d'autant plus que l'on risque de se retrouver avec une multitude de candidats, comme pour la théorie des cordes. Pour concilier les deux points de vue : gravitation Newtonienne modifiée et RG, j'ai imaginé que c'est la RG qui avait raison, mais que la courbure pouvait ne pas être bien définie pour des valeurs extraordinairement petites. La courbure critique que j'ai calculée est égale à 4,32 10**(-47) m(-2). Est-ce qu'on peut imaginer que la nature parvient à réaliser des courbure de l'ordre de 10**(-100), voir moins, que l'on obtiendrait avec la gravitation standard ? La physique, en général, baisse les bras sur le domaine du continu à partir d'un certain domaine. Pour la gravitation, j'imagine qu'il y a deux domaines de quantification:
le premier domaine surviendrait sur la quantification de la courbure, greffée sur un espace-temps de Minkowski continu ; donc, l'invariance de Lorentz serait à ce niveau parfaitement vérifiée, seule la métrique additionnelle définie par Einstein serait quantifiée pour des valeurs très petites de la courbure. Je soupçonne que ce domaine peut faire l'objet d'expériences physiques.
le deuxième domaine est le domaine où l'espace de Minkowski n'est plus valide, à l'échelle de Planck. A ce niveau, je crois que la perspective d'expériences est bien lointaine, probablement pas au 21ème siècle.

Le problème que j'essaie de poser est donc: est-ce que MOND a raison, et est-ce qu'on peut avoir l'espoir d'en trouver une justification théorique? Pour l'instant, je n'aperçois qu'une possibilité simple (à poser), c'est que la courbure ait une certaine forme de quantification dans la RG (probablement pas une quantification classique). Je pense que des recherches sur le sujet seraient nettement moins coûteuses que les expériences qui essaient de traquer la matière noire, et qu'il serait bien dommage d'ignorer cette possibilité. Personnellement, je ne me sens pas du tout capable de travailler sur une vraie théorie !
 #41042    par Markus Bloch
 vendredi 28 octobre 2016 à 08:31
Ce document reprend les calculs de potentiel de gravitation Newtonien d'un disque plat, suggérant que cela règle les problèmes de matière noire sur les galaxies spirales. Ce qui signifierait que, depuis 1937 avec Zwicky (et non 1970 comme indiqué sur la note), les astrophysiciens du monde entier font des calculs erronés
de potentiel de gravitation dans les galaxies. J'ai du mal à le croire.
 #41091    par Markus Bloch
 mercredi 2 novembre 2016 à 17:16
J'ai repris complétement l'analyse du domaine de la Gravitation dans le domaine de MOND, en particulier pour tenir compte de critiques de Bongo. J'ai repris une analyse basée sur l'accélération, et non sur la courbure. Je suis parvenu à trouver une possibilité de concilier MOND et une analyse utilisant la Relativité Générale, sans modifier ni MOND ni la RG en pj.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
 #41137    par Markus Bloch
 dimanche 20 novembre 2016 à 12:44
Dans la gravité Newtonienne, le calcul de l’interaction entre le noyau d'une galaxie et une étoile périphérique peut se faire en partant du calcul de l'accélération provoquée par la galaxie, ou bien en partant de l'accélération provoquée par l'étoile, et les résultats sont bien identiques. Dans le cas d'une gravitation Newtonienne modifiée (MOND par ex.), il semble qu'on ne puisse faire ce genre de calcul ( parce que la transition d'accélération n'est pas localisée au même endroit suivant qu'on part de la galaxie ou de l'étoile : est-ce exact?). Comment doit on procéder? Est-ce que toutes les Gravitations Newtoniennes modifiées ont ce type de problème?

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

Nouveau message Questions sur les trous noirs et la matière noire
par jet » samedi 18 août 2018 à 12:37 » In Les trous noirs
35 Réponses 
 67287 Vues
 Dernier message de bongo
 mercredi 17 octobre 2018 à 17:51
20 Réponses 
 3892 Vues
 Dernier message de Markus Bloch
 samedi 16 juillet 2016 à 11:54
Nouveau message big bang, matiere noire ,energie sombre
par monkeyDgio » lundi 5 juin 2017 à 13:18 » In Le Big Bang
7 Réponses 
 3397 Vues
 Dernier message de bongo
 mardi 13 juin 2017 à 09:33
Nouveau message Theorie sur la matiere noire et sur la theorie du tout
par Mad scientist Will » mercredi 29 juin 2016 à 20:42 » In Archives
6 Réponses 
 1640 Vues
 Dernier message de Edji
 dimanche 3 septembre 2017 à 19:11
Nouveau message Agencement de la matière
par Tutiou » samedi 20 août 2016 à 21:53 » In Physique - Astrophysique - Chimie
11 Réponses 
 1987 Vues
 Dernier message de Edji
 lundi 22 août 2016 à 17:54