Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Boson de Higgs, supersymétrie, brisure de symétrie etc.

  • La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques qui s'opposent à celle de physique classique, cette dernière ayant échoué dans la description de l'infiniment petit (atomes, particules) et dans celle de certaines propriétés du rayonnement électromagnétique.
    La physique quantique comprend : l'ancienne théorie des quanta, les postulats de la mécanique quantique, la mécanique quantique non relativiste, la physique des particules, la physique de la matière condensée, la physique statistique quantique, la chimie quantique, les théories candidates à une description de la gravité quantique.
La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques qui s'opposent à celle de physique classique, cette dernière ayant échoué dans la description de l'infiniment petit (atomes, particules) et dans celle de certaines propriétés du rayonnement électromagnétique.
La physique quantique comprend : l'ancienne théorie des quanta, les postulats de la mécanique quantique, la mécanique quantique non relativiste, la physique des particules, la physique de la matière condensée, la physique statistique quantique, la chimie quantique, les théories candidates à une description de la gravité quantique.
 #41932    par bongo
 jeudi 26 janvier 2017 à 10:37
Tutiou a écrit :
bongo a écrit :En fait ce sont des symétries de l’espace-temps, où deux applications successives de la supersymétrie donnent une translation dans l’espace-temps.
Mais tu n’en sauras pas plus non plus dans le livre de Lee Smolin, je me rappelais pas de tout ça, il faudrait que je relise ce chapitre (c’est lequel déjà ?).

Début du chapitre 5, vers la page 128. Si je me rappelle bien (il n'y a pas d'index chez Greene, dommage), Greene expliquait qu'à chaque fermion était associé un boson, et que des particules connues étaient des partenaires supersymétriques, comme l'électron et le proton (je ne me rappelle plus de l'exemple, mais c'était des particules connues). Je me suis alors dit "tiens, c'est simple en fait". Mais ça me paraissait trop simple...
Euh… non non, pour le moment on ne connaît pas les partenaires supersymétriques des particules connues.
Le superpartenaire de l’électron, serait le sélectron, particule de charge négative, ayant les mêmes propriétés que l’électron, mais… avec un spin nul.
Tiens ? Y a pas de boson de masse à 511 keV de charge négative ?
Ah ben… ahoui… la supersymétrie est une symétrie brisée (par quelle mécanisme ? les théoriciens des cordes restent muets sur le sujet).
Tutiou a écrit :
bongo a écrit :Oui, la théorie a besoin d'un nombre précis de dimensions spatiales pour fonctionner. Par contre, d'après ce que j'ai compris, ce nombre est de neuf jusqu'à ce que Witten, en 1995, annonce qu'une dimension spatiale supplémentaire était possible.

Est-ce qu'il s'agit de la dimension de Kaluza-Klein ? Je veux dire celle qui a été rajoutée dans la RG et qui a permis d'y retrouver des équations de Maxwell ?
Non, ce ne sont pas des dimensions à la Kaluza-Klein, dans le sens où cette dimension supplémentaire était une curiosité mathématique, introduite dans les équations de la RG, on retrouvait les équations de Maxwell, mais il fallait figer cette dimension pour retrouver la quantification de la charge électrique, ce qui est à l’opposé de la relativité générale où la géométrie de l’espace-temps est dynamique.

Après… on pensait que c’était des dimensions supplémentaires enroulées (un peu à la Kaluza-Klein), mais avec 6 ou 7 dimensions, tu peux les enrouler de bien des façons (c’est ce que l’on appelle les espaces de Calabi-Yau).
Mais avec String 95, apparemment, ce n’est pas forcément nécessaire de les enrouler toutes…
Tutiou a écrit :Smolin en avait parlé, de la symétrie, mais j'ai du mal avec ça. Je commence l'électromagnétisme et la thermodynamique dès Janvier. Je suis impatient Y-16
Et bien… normalement, tu entendras peut-être parler de la jauge de Lorenz (sans t), ou la jauge de Coulomb…
Tutiou a écrit :En théorie des cordes, j'ai aussi des questions en ce qui concerne les n-branes. Les cordes étaient, à la base, des objets unidimensionnels, composées d'une seule dimension. Mais on a remarqué par la suite des membranes, composées deux deux dimensions, puis des trois-branes. Est-ce les dimensions supplémentaires (autre que les trois que nous voyons) ont toutes la capacité de composer les cordes ?
Il y a un chapitre sur ce sujet dans le Brian Greene, qui dit que l’on vivrait dans une 3-branes, et les extrémités des cordes unidimensionnelles y seraient attachées.
 #41933    par bongo
 jeudi 26 janvier 2017 à 10:38
Markus Bloch a écrit :Peut on trouver des informations sur la collisions de deux faisceaux de photons énergétiques non parallèles (théorie,expérience) ?
En théorie tu aurais la QED, mais je ne pense pas qu'il y ait des expériences sur le sujet.
 #44397    par Eizan
 vendredi 23 février 2018 à 13:26
Bonjour, je tiens à préciser que je ne suis pas un connaisseur en matière d’astrophysique et je n’en connais pas grand chose aux particules. J’ai lu que le Boson de Higgs aussi appelé par certains la particule de Dieu, apres avoir été étudié par le CERN était la preuve que l’univers était dans un état Métastable. J’ai compris que si on appliquait un certain niveau d’énergie sur le boson de higgs cela pourrait créé une destruction de l’univers par le vide. Une bulle qui enflerait à la vitesse de la lumière et qui transformerait tout sur son passage. Seulement le fait est que sur terre il nous faudrait une machine de la taille de notre planète à peu près pour arriver à soumettre la particule à des degrés d’énergie sufisant pour provoquer cette catastrophe. Mais d’apres Stéphan Hawking, ce phénomène pourrait se produire indépendamment de l’homme n’importe ou dans l’univers et n’importe quand. Mais d’apres Joseph Lykenn cela ne se produira pas avant des milliards d’annee. Seulement il ne donne aucune explications sur pourquo cela ne pourrait pas se produire maintenant. En bref ma question est, en dehors d’une expérience qui a mal tourné, le boson de higgs peut il être soumis à un niveau d’energie suffisant quelque part dans l’univers pour tout détruire ? Et si c’est le cas aujourd’hui, quelle sont les probabilités que cela arrive ? Merci d’avances Pour vos réponses et désolé si mon texte n’est Pas scientifiquement correct.
 #44419    par bongo
 mercredi 28 février 2018 à 11:37
En fait, c'est le champ de Higgs, qui est dans un potentiel (qui n'est pas dans un minimum absolu, mais juste local).
Par effet tunnel, le champ peut prendre une autre valeur (plus faible), et changer certains paramètres (l'angle de Weinberg) qui changerait beaucoup la physique.

Pour le que le Champ de Higgs change d'énergie (il est dans une vallée), soit tu le pousses en haut pour qu'il aille dans une autre vallée plus basse que la première... soit il se produit spontanément (et ça dépend de la hauteur du col à monter). C'est ce que l'on appelle l'effet tunnel.
 #44421    par Eizan
 mercredi 28 février 2018 à 17:06
Je te remercie pour ta réponse. Et du coup la question qui me vient est : ce changement peut il survenir à tout moment et n’importe où, ou y’a t il des endroit dans l’univers ou des périodes plus propices à ce changement ? D’apres ce que j’ai lu, des chercheurs au CERN comme Joseph Lykenn ont fait des calculs et d’apres eux cette catastrophe ne pourrait se produire que dans plusieurs milliards d’annees, car notre univers bien que metastable se trouverait plus proche d’une stabilité absolue que d’une instabilité. Ils ont l’air de dire que ce changement serait long à opérer.