Astronomie, Univers, Planètes et Satellites du Système Solaire, Pratique de l'Astro, Astrophotographie, Théories Scientifiques 

  • Gravitation et orbites

  • La relativité générale est une théorie relativiste de la gravitation. Elle décrit l'influence sur le mouvement des astres de la présence de matière et, plus généralement d'énergie, en tenant compte des principes de la relativité restreinte. La relativité générale englobe et supplante la théorie de la gravitation universelle d'Isaac Newton.
    Une question à ce sujet ? Demandez toujours...
La relativité générale est une théorie relativiste de la gravitation. Elle décrit l'influence sur le mouvement des astres de la présence de matière et, plus généralement d'énergie, en tenant compte des principes de la relativité restreinte. La relativité générale englobe et supplante la théorie de la gravitation universelle d'Isaac Newton.
Une question à ce sujet ? Demandez toujours...
 #43962    par Damien7400
 samedi 18 novembre 2017 à 15:03
Bonjour à tous !!

Pour une fois je vais venir crapahuter dans votre coin, une question qui me trotte depuis quelque temps, qui m'emp^che de dormir, et avant de créer une théorie complotiste je souhaitais avoir votre avis éclairé (pour consolider ma théorie 0-icon_twisted )...

Bon j'ai bien suivi tout ce que j'ai pu trouver chez CEA, CNRS etc etc en matière de vulgarisation sur la RG, j'ai visionner presque toutes les vidéos sur Youtube, amphi, conférence etc... rhaa j'les entends déjà s'esclaffer de rire

Sans revenir à la mécanique des objets,
les corps celestes que nous observons actuellement (nos planètes et satellites) sont en orbites plus ou moins stables, mais.... en tant qu'aéronauticien, me vient une question sans réponse, où, quand, comment tous ces objets ont eu la force inertielle parfaite pour ce mettre en orbite, pil-poil sur leur courbure spatio-temporelle, elliptique + ou - stable certes, sans frottements atmosphériques ou autres phénomènes pour les freiner....

Car, vu les masses en jeu, cet équilibre ce joue de peu quand même...
Ne voyons nous que les grands gagnants ? Les corps restants ayant eu tous les bons paramètres, les autres se sont détruits ou aglomérer par colisions ?
Ou y a t'il un phénomène physique (théorique ou observé) qui explique que les corps tendent à se mettre en équilibre les uns autour des autres et c'est parfait ?

J'ai du raté un truc ...
 #43963    par Edji
 samedi 18 novembre 2017 à 18:25
Salut.

Eh bien, tu réponds toi-même à tes questions.

Lors de la formation du système solaire, l'accrétion s'est faite dans un disque. Plus il se contractait, plus il prenait de la vitesse. Comme une patineuse qui accélère sa toupie en repliant les bras.

Les corps formés l'ont donc été avec une vitesse adéquate. Il aurait pu y en avoir sur n'importe quel point du disque. Les collisions, les éjections, les agglomérations et autres phénomènes aboutissants aux planètes que nous connaissons ne sont que le résultat du chaos (du hasard).

Certains ont été freinés par les gaz (Jupiter par ex) et ont eu une orbite fluctuante jusqu'à se fixer définitivement quand tout le gaz fut dissipé. Les conflits de résonance ont fait le reste. D'autres ont été éjectés par fronde gravitationnelle dans des systèmes à 3 corps. En fait, on aurait pu avoir un système totalement différent si tel ou tel micro-évènement ne s'était pas produit.

Après, il y a bien d'autres détails. Peut-être te faudrait-il lire qqchose sur le modèle dit de Nice (le plus consensuel à ce jour). C'est un modèle de formation du système postulé par Alessandro Morbidelli. Là : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_Nice
 #43967    par Damien7400
 dimanche 19 novembre 2017 à 01:44
Merci,
effectivement, lors des phases d'accrétions: c'était le chaos... les gaz et les bombardements permanents y jouaient donc un rôle.

tout comptes faits j'aurais pu résumer ma question ainsi: si un de nos chers corps celestes n'avait pas été à sa place (comme aujourd'hui) aurait il été forcément éjecté du systeme ou détruit par quelques collisions ?

Vu que tout démarre en même temps, effectivement les planetes tendent a se former jusqu'a leurs masses maximales fonction de leur éloignement et de leur vitesse.
 #43968    par Edji
 dimanche 19 novembre 2017 à 04:11
Damien7400 a écrit :
dimanche 19 novembre 2017 à 01:44
si un de nos chers corps celestes n'avait pas été à sa place (comme aujourd'hui) aurait il été forcément éjecté du systeme ou détruit par quelques
Posé comme ça, ça n'a pas vraiment de sens. Car, comment savoir ? Si ce n'est lui, c'est un autre quoi. Ce que l'on voit aujourd'hui est le produit de tout ce chaos. Alors bon, ben, tout serait différent si X facteurs.

Il est sûr que certains corps du sysol ont eu très chaud au derche, et que leur présence actuelle n'a dû tenir qu'à un fil. Genre Uranus, qui a échangé son orbite avec Neptune et qui a dû subir un impact énorme pour avoir son axe de rotation. Ou Vénus, pour les mêmes raisons, vu qu'elle tourne à l'envers. Ou encore Mars, qui n'a jamais pu finir sa formation à cause des fluctuations de l'orbite de Jupiter et qui est, en quelque sorte, une planète avortée. Que dire donc de Cérès ou des grands astéroïdes ?

Il y eut des dizaines de protoplanètes. Peut-être cinq ou six proto-terres sur la même orbite. Et puis bah, la Terre c'est la Terre. Si ce ne fut elle, ce fut sa sœur... Un poil plus proche ou plus loin. Un poil plus grosse ou plus petite. Un poil plus chaude ou plus froide. Etc

On sait que des milliards de planètes errantes arpentent les espaces interstellaires. Et ce chiffre fut longtemps très très sous-estimé. Elles sont, pour la plupart, très probablement issues des éjections post-formation des systèmes planétaires.

Bref, il n'y a pas de déterminisme dans tout ça. Si c'est ça ta question de base. Un gramme, un caillou, de plus dans le disque primordial et tout aurait été (peut-être) changé. ;)
 #43969    par Damien7400
 dimanche 19 novembre 2017 à 12:44
Yop,

donc il y a des corps éjectés, errants,
ça correspond à mon idée, le système actuel est constitué des "gagnants", je m'étais demandé si il y avait eu possibilité d'un équilibre (à long terme) déterminé sur la masse totale d'un système autour d'un axe (comme piégés dans l'entonnoir), entrainant par accrétion des systèmes planétaires tels que nous les observons. Mais la constitution d'un système entraine ou implique la perte de matière.

Merci pour tes réponses Edji :)
 #43971    par Edji
 dimanche 19 novembre 2017 à 17:02
Damien7400 a écrit : le système actuel est constitué des "gagnants"
Non. Il est constitué des ''survivants'' je dirais. Par exemple, le planétésimal qui a commencé à constituer Jupiter aurait pu être un autre. Et donc Jupiter aurait pu ne pas être ''notre'' Jupiter.
Damien7400 a écrit :la constitution d'un système entraine ou implique la perte de matière.

On ne peut pas vraiment le dire comme ça, mais dans une certaine mesure, oui. Il y a dispersion ou échappement quoi. Et puis, le Soleil s'est formé dans une nébuleuse pouponnière. Il se peut donc que d'autres étoiles, alors beaucoup plus proches, aient pu influencer l'architecture du système solaire.

 Sujets similaires

 Stats

 Dernier message

0 Réponses 
 271 Vues
 Dernier message de René64
 samedi 30 juillet 2016 à 14:00
13 Réponses 
 865 Vues
 Dernier message de bongo
 lundi 22 août 2016 à 10:50
26 Réponses 
 503 Vues
 Dernier message de Tutiou
 mercredi 29 novembre 2017 à 22:54
Nouveau message Thermodynamique, entropie et gravitation : Ma théorie - chercheur scientifique indépendant
par Gorthol Adanedhel » jeudi 26 janvier 2017 à 19:37 » In Autres théories
0 Réponses 
 536 Vues
 Dernier message de Gorthol Adanedhel
 jeudi 26 janvier 2017 à 19:37